Histoire du Château de Mercin et Vaux
La   terre   de   Mercin   fit,   originaire ment,   partie   des   domaines   que   les   chefs   gaulois,   romains   ou   francs,   se   réservaient   autour   de   leur   résidence,   et.   qu'ils   divisaient ensuite   pour   récompenser   les   mérites   de   leurs   plus   illustres   soldats.   Les   divers   lots   pre naient   les   noms   de   leurs   possesseurs,   et   c'est   ainsi   que   celui   de   Mercin   s'est appelé primitivement Muercius ou Maurcius. Avec le temps sont venues les altérations qui ont donné « Mer cinus, Mercin ». Au   IX e    siècle,   Charles   le   Chauve   en   donna   ou   confirma   la   seigneurie   à   l'abbaye   de   Notre-Dame   de   Sois  sons.   Cette   seigneurie   fut   érigée   en   vicomte   au   XIII e   siècle. Dans le même temps des seigneurs laïcs commencèrent à avoir sur une   partie du village, une juridiction et   des droits féodaux. Ils   se   bâtirent   un   château   qui   n'eut   rien   d'un   château-fort.   Ce   fut   une   belle   habitation   rurale,   une   maison   de     plaisance   dans   laquelle   ils   venaient   se   délasser, quand leur service dans   les armées leur en laissaient le loisir, car ils avaient des grades dans la mili  ce et faisaient partie de la noblesse. La    maison    seigneuriale    se    compo  sait    d'un    corps    de    logis,    n'ayant    qu'un    rez-de-chaussée    flanqué    de    quatre    petites    tourelles    destinées    plutôt    à l'ornementation. Une aile en re  tour supportait un étage à cause de la   déclivité du terrain et de la différence   de niveau. Une petite ferme était annexée, avec   un gros colombier dans la cour. L'on   y arrivait de la « Rue du village »   par une avenue plantée de beaux ar  bres. Devant   l'habitation   s'étendaient,   sur   l'ouest   et   sur   le   midi,   un   parterre   et   un   jardin   entourés   d'un   petit   parc   fermés   de   murs   et   plantés   de   grands   arbres   et   de charmilles. Le   château   et   le   petit   parc   étaient   eux-mêmes   enfermés   dans   un   grand   parc   s'étendant   sur   la   colline   et   for  mant   ceinture.   Il   était   boisé   de   toutes   les   essences, et des murs le fermaient   sur presque tout son pourtour. C'était donc une belle et agréable   résidence. Le   domaine   de   la   seigneurie   com  prenait,   outre   le   château   et   ses   dépen  dances,   des   bois,   terres,   prés   et   vignes,   sur   le   territoire.   Il   fut   de   beaucoup   augmenté   au commencement du XVIII e    siècle et il s'accrut alors des trois   fiefs de Bacquencourt, du Signe et du Perle, situés sur le territoire de Mercin et du voisinage Le   fief   de   Bacquencourt   avait   son   siège   dans   une   maison   de   la   rue   du   Village.   Après   être   devenue   la   pro  priété   de   M.   de   Montesquieu,   de   Longpont,   puis   de M. de Vuillefroy,   de Soissons, qui y logea Mme de   Clacy, sa tante, elle fut vendue à la   Commune pour être destinée à un   service public. Avec   des   terres   et   des   bois   sur   le   territoire   de   Mercin,   le   fief   de   Bac  quencourt   allait   s'étendre   sur   celui   de   Pommiers   des   deux   côtés   du   che  min,   qui,   de   la route de Compiègne   conduit au pont sur la rivière de   l'Aisne. Ces terres étaient plantées en   bois. C'étaient les bois de Bacquen  court. Ils ont disparu. Avant   d'être   constitués   en   fief,   les   bois   de   Bacquencourt   avaient   un   passé   historique   qui   s'est   révélé   il   y   a   près   de   soixante-dix   ans.   En   les   défri  chant,   les ouvriers   ont   mis   à   décou  vert,   en   1865,   un   vaste   cimetière   mé  rovingien   dans   la   partie   voisine   de   la   route   de   Compiègne.   De   nombreuses   tombes   en   pierre   furent fouillées   et   l'on   trouva,   avec   les   squelettes,   quan  tité   de   couteaux,   poignards,   sabres   bien   trempés,   boucles,   boutons,   ba  gues,   colliers   et   bracelets,   même   un briquet   à   feu.   Certains   signes,   des   croix   distinctement   gravées   sous   le   couvercle   d'un   sarcophage,   au-dessus   du   crâne   du   mort,   ont   permis   de   con  jecturer   que le cimetière remontait   au V e  siècle. Il avait été celui d'une   station militaire établie à proximité   de la ville pour sa défense. Le   fief   du   Signe   ou   Cygne   était   situé   sur   le   territoire   de   Mercin   et   s'étendait   depuis   la   maison   actuelle     de   M.   Petit   de   Reimpré,   dans   la   di  rection   de   Vaux et de Pernant. Le fief du Perle avait son siège à mi-chemin de Mercin à Vaux. C'est   dans son étendue que se trouve le la  voir municipal, construit en 1863. Réunion au domaine du château de .Mercin des fiefs de Bacquencourt du Signe et du Perle Le   domaine   du   château   de   Mercin   appartenait,   dans   les   dernières   années   du   XVII e    siècle,   à   Charles   de   la   Motte,   chevalier,   major   au   régiment   de   Cœuv res,   qui laissait   pour   héritiers   deux   filles   :   Madeleine,   mariée   à   Chrestien,   seigneur   de   Bonneuil   (Oise),   et   Elisa beth,   mariée   à   Philippe   d'Hom  blières.   C'est   de   celle-ci   que François Dupleix, en fit l'acquisition en même   temps que des fiefs de Bacquencourt,   du Signe et du Perle. Les   années   de   ces   acquisitions   ne   sont   point   exactement   connues,   mais   on   les   fixe   approximativement   d'après   des   indications   fournies   par   les   regis  tres   des   actes de l'église paroissiale. Le 13 juin 1652 : inhumation dans   le chœur de l'église de Simon Huger,   seigneur de Bacquencourt. Le 8 juin 1710 : inhumation de   Claude Regnault, vivant, écuyer, sei  gneur du Signe, de Bacquencourt et   de Mercin en partie. Le   21   septembre   1716   fut   bénite   la   moyenne   cloche   de   l'église   de   Mercin.   La   marraine   fut:Marie-Anne   Bouchet,   dame   du   Signe,   de   Bacquenc  ourt   et   de Mercin en partie. Le   26   janvier   1737,   on   relève   en   un   acte   de   mariage   la   signature   de   Charles-Claude-Ange   Dupleix,   écuyer,   seigneur   du   Signe,   de   Bacquencourt   et   du   Perle, et de Mercin en partie,   vicomte de Pernant et autres lieux. C'est   donc   après   l'année   1716   et   avant   l'année   1737,   qu'un   même   seigneur   s'est   trouvé   possesseur   du   châ  teau   de   Mercin   et   des   trois   fiefs   de   Bacquencourt, du Signe et du Perle. Famille Dupleix La   famille   Dupleix   est   d'origine   Poitevine.   Un   descendant,   François   Dupleix,   donna   à   sa   famille   une   grande   illustration.   Né   à   Chatellerault   en   1664,   il embrassa   la   carrière   des   finances   et   fut   envoyé   à   Landrecies   (Nord)   comme   contrôleur   général   des   domaines   du   Hainaut,   devint   fermier   général   et   aussi   (1719   à 1729)   direc  teur   de   la   Compagnie   des   Indes.   Il   avait   été   jeune   encore   écuyer   de   la   grande   écurie,   et   par   cette   fonction   avait   obtenu   la   noblesse   personnelle.   Il épousa   à   Landrecies.   le   28   mars   1695,   Anne   de   Massac,   fille   de   Claude   dt   Massac,   écuyer,   avocat   au   parle  ment,   receveur   des   domaines   à   Lan  drecies,   et d'Anne   Colin   son   épouse.   Par   son   honorabilité   et   son   activité,   il   amassa   assez   de   fortune   pour   acheter   vers   1720   de   grands   biens   à   Mer  cin,   Pernant,   Bucy   et autres lieux. Il eut trois enfants. L'un d'eux,   Charles-Claude-Ange Dupleix reçut   en héritage les biens du Soissonnais. Il   naquit   à   Landrecies   en   1696.   En     1734   il   fut   reçu   conseiller   secrétaire   du Roi. Sa charge de secrétaire du Roi le   fit   entrer   dans   la   noblesse   hérédi  taire.   Sa   signature a été relatée plus   haut dans l'acte d'un mariage célébré à Mercin en 1737. Claude-Ange   Dupleix   se   maria   à   Paris   en   1724   à   Jeanne-Henriette   de   Laleu,   fille   de   Guillaume   de   Laleu.   conseiller   du   Roi,   qui   mourut   en   1736   après   lui   avoir   donné trois   fils   :   Guil laume-Joseph,   qui   prit   le   nom   de   Dupleix   de   Bacquencourt   ;   Pierre- François,   qui   s'appela   Dupleix   de   Perle   ;   et   Marc-Charles-Antoine,   qui   fut   Dupleix de Pernant. Claude-Ange Dupleix mourut le   13 novembre 1750, dans son domi  cile, à Paris. A sa mort, les biens du Soissonnais furent partagés entre ses trois fils. Guillaume-Josèphe Dupleix, né à Bordeaux, le 13 août 1727, hérita du château de Mercin, le fief de Bacquen court avec la ferme et le château de   Bucy. Il   était   de   la   noblesse   ;   mais   com  me   l'abbesse   de   Notre-Dame   de   Sois sons   s'appelait   dame   et   vicomtesse   de   Mercin,   il   ne   put   ajouter   à   son   nom   familial   que   le   nom de son principal   fief, et devint M. Dupleix de Bac quencourt. Il   faut   cependant   se   garder   de   don ner   au   château   de   Mercin   le   nom   de   château   de   Bacquencourt.   La   maison   qui   avait   été   le   siège   de   ce   fief   et   en   avait   porté   le   nom, était ailleurs, dans ou près de la rue du village. Guillaume-Josèphe   Dupleix   de   Bacquencourt   suivit   la   carrière   du   droit   et   de   la   magistrature   et   occupa     une   place   considérable   au   Parlement.   Il   prit   part   le   10 mars 1789 à l'as  semblée générale des trois ordres du bailliage de Soissons. Son mariage en 1771 avec Jeanne   de Nogué, lui donna deux filles. L'une, l'aînée, Augustine-Françoise se maria au comte Henri de Montes quiou-Fézensac et l'autre, Jeanne-Françoise resta célibataire. Dupleix   de   Bacquencourt   résolut   de   créer   (1788)   sur   le   plateau   qui   do mine   le   parc   du   château   de   Mercin   un   chemin   qui   en   rejoignant   la   chaussée   Brunehaut   et   la route   de   Soissons   à   Paris   par   Villers-Cotterets,   lui   évite  rait   le   détour   par   Soissons   quand   il   se   rendrait   de   Paris   à   sa   campagne   en   carrosse.   Ce   serait   en   même temps   un   embellissement   pour   le   domaine.   L'avenue   devait   avoir   une   largeur   de   trente   pieds   ;   mais   comme   les   terrains   ne   lui   appartenaient   pas,   il   dut   en   faire l'acquisition. Son principal vendeur fut le monastère de Notre-Dame de Soissons. Les autres parties de l'avenue fu  rent obtenues de divers propriétaires   par achat ou échange (1792). On était alors en pleine révolution. M. Dupleix pourrait-il jouir des travaux qu'il faisait exécuter. Le   2   juin   1791,   il   avait   été   nommé   lieutenant-colonel   de   la   garde   natio nale,   et   M.   de   Montesquieu,   son   futur   gendre,   colonel.   Leurs   signatures   se   lisent   sur   les   registres de   la   commune   en   l'acte   de   leur   réception   du   même   jour.   Ils   n'assistèrent   point   toutefois   à   la   bénédiction   du   drapeau   qui   fut   faite   le   13   novembre   1791   en pré  sence des gardes nationaux de Mercin et de Pommiers. La   cérémonie   terminée,   le   cortège   se   rendit,   au   lieudit   la   Montinette,   où   l'autel   de   la   patrie   avait   été   dressé.   Puis   le   maire   Bordez   donna   lecture   de   la constitution   du   3   sep  tembre   1791   et   le   capitaine   Duclerc   fit   prêter   serment   aux   mères   d'élever   leurs   enfants   dans   le   vertueux   amour   des   lois   et   décrets   de l'assemblée na  tionale, dans la liberté et le maintien   de la constitution. Bien   que   Dupleix   de   Bacquencourt   ne   fit   plus   au   château   que   de   rares   spparitions,   il   fut   suspecté   d'incivis  me,   et   le   1"   novembre   1793   le   ci  toyen   Pujol, commissaire   du   canton   de   Soissons,   se   rendit   à   Mercin   pour   apprécier   l'état   des   lieux   et   le   degré   de   patriotisme   des   habitants,   afin   de   aciliter   les   réquisitions de toutes   sortes dont la Nation avait besoin   pour ses armées. Il   fit   son   rapport   et   déclara   que   tout   allait   bien.   «   T'ai   vu,   dit-il,   toutes   les   ;marques   de   la   révolution,   entre   autres   un   arbre,   qui   donne   lieu   d'espérer   que   ia révolution est aimée dans cette   commune et que la loi y sera obser  vée ». (Cet arbre, qui pronostiquait si   bien, est un tilleul que l'on peut voir   encore bien vivant en face de l'église.   Il a 140 ans de plantation). Le   château   changea   de   maître   en   1793.   Dupleix   de   Bacquencourt,   dé  claré   suspect   en   raison   de   ses   attaches   avec   le   gouvernement   déchu,   avait   été   condamné à la guillotine. Il était   monté sur l'échafaud le 19 Messidor   An II, 7 juillet 1794, sans qu'aucun souvenir soit parvenu sur cette exécution. A la mort de Dupleix de Bacquen court, la propriété du château de   Mercin passa à M. de Montesquiou- Fézensac, son gendre. Il ne put en   jouir paisiblement. De   1800   à   1816,   le   château   de   Mercin   devint   la   résidence   de   M.   Jean-Baptiste   de   Bonardy,   né   à   Digne   (Basses-Alpes),   où   son   père   exerçait   sans   doute   quelque charge, et, dont le château du Ménil, en Normandie,   avait été saccagé et détruit pendant   la Révolution. Le   nouvel   arrivé   fut   bientôt   prié   d'accepter   la   mairie   de   la   commune   et   un   arrêté   préfectoral   l'y   nomma   en   effet   le   28   avril   1800,   mais   l'état   pré caire   de   sa   santé   ne   lui permit pas de conserver ses fonctions plus de deux   ans. Tout   en   ayant   quitté   la   mairie,   M.     de   Bonardy   ne   cessa   de   s'intéresser  a   la   commune.   Il   est   mort   le   12   jan  vier   1816   et   a   été   enterré   dans   le   cimetière   près   de l'église. Sa tombe ne peut s'y retrouver aujourd'hui. La   pierre qui la recouvrait a elle-même disparu. En 1816 le château redevint la propriété de Pierre-François-Henri de Montesquiou-Fézensac. Ce   fut   d'ailleurs   pour   peu   de   temps.   Car   dès   l'année   1818   le   do  maine   fut   acheté   par   l'abbé   Pottier,   chef   d'institution   à   Soissons,   qui   en   fit   une   maison   de campagne et un lieu de promenade pour ses élèves. En      1828,      l'abbé   Pottier,   appelé   à   d'autres   fonctions,   se   trouva   dans   la   nécessité   de   vendre   son   domaine   de   Mercin   et   ce   fut   l'évêque   du   diocèse   de   Soissons qui le lui racheta, mais il   ne l'habita jamais. En 1842, quelques années avant sa   mort, il en fit don à l'évêché et au   séminaire. Le   château   de   Mercin   resta   la   pro  priété   de   l'évêché   jusqu'en   1906.   A   cette   date   la   commune   en   devint   pro  priétaire   et   y   installa   la   mairie,   l'école   et   le logement de ses maîtres. A. SOLLIER, Directeur de l'Ecole de Mercin-et-Vaux.
Château de Mercin depuis les premières années du XVIII siècle Version extraite de celle du Chanoine Ledouble
par Monsieur Sollier Directeur de l’école de Mercin et Vaux Original : SOCIÉTÉ ARCHÉOLOGIQUE, HISTORIQUE ET SCIENTIFIQUE DE SOISSONS 4, rue de la Congrégation 02200 SOISSONS